BECHOL LASHON Français – Une collection d’objets nazis découverts en Argentine dans une cache

BCPar Christine Legrand

Un buste d’Adolf Hitler, une loupe qui aurait appartenu au dictateur, des statues d’aigles impériaux, des instruments médicaux permettant de mesurer les crânes pour établir les standards de la race aryenne…, ce sont quelques-uns des soixante-quinze objets à la gloire du IIIe Reich retrouvés par la police dans une cache d’un appartement d’une banlieue de Buenos Aires, une des plus grosses collections d’objets nazis retrouvées dans la région.

Plus de soixante-dix ans après la fin de la seconde guerre mondiale, des traces des nombreux nazis et autres criminels de guerre européens qui trouvèrent refuge en Argentine sous le premier gouvernement du général Juan Domingo Peron (1946-1955), réapparaissent régulièrement sur le devant de la scène à Buenos Aires.

Cette dernière découverte spectaculaire, qui inclut également des jeux pour enfant et des bibelots portant la croix gammée nazie, était cachée dans le logement d’un collectionneur d’art qui vendait des antiquités. Au bout de huit heures de fouilles, la police est tombée sur une cache, derrière un faux mur, masquée par une bibliothèque. Aucune personne n’a été arrêtée.

La ministre de la sécurité, Patricia Bullrich, qui s’est dite « bouleversée », a dit mardi 20 juin que ces objets seraient donnés au musée de l’Holocauste de Buenos Aires. Sans doute destinés au marché noir, tous ces objets sont estimés originaux par les autorités argentines, mais des experts doivent encore se prononcer. Des historiens ont été mobilisés pour déterminer quand et comment cette collection était entrée en Argentine. La police a par ailleurs saisi des dizaines d’antiquités préhistoriques, égyptiennes, chinoises et japonaises, également destinées à la revente illicite.

« Cette enquête constitue un vrai apport à la mission institutionnelle de lutte contre l’antisémitisme et contre toute forme de discrimination », a réagi la Délégation des associations israélites argentines (DAIA), qui représente la communauté juive d’Argentine — la plus importante d’Amérique latine, avec plus de trois cent mille membres.

En mars 2015, des archéologues argentins avaient découvert des bâtiments en ruine dans la province de Misiones (1 100 km au nord-ouest de Buenos Aires), qui auraient été destinés à accueillir des hauts dirigeants du IIIe Reich en fuite. Des milliers de nazis, d’oustachis croates et de fascistes italiens s’installèrent en Argentine après la guerre, grâce à la protection du général Peron. Face à l’impunité dont ils bénéficiaient, un commando israélien enleva Adolf Eichman le 11 mai 1960 dans la localité de San Fernando, dans la province de Buenos Aires, où vivait depuis dix ans l’organisateur de la « solution finale ». Il fut emmené clandestinement en Israël, où il fut jugé et pendu deux ans plus tard.
Longue liste de dignitaires nazis

La liste des dignitaires nazis qui ont pu vivre paisiblement en Argentine est longue. Parmi eux, Joseph Mengele, surnommé « l’ange de la mort », responsable d’expérimentations « médicales » sur des êtres humains à Auschwitz. Il arriva en 1949 à Buenos Aires, mais préféra s’enfuir au Paraguay après l’enlèvement d’Eichmann. Il serait mort au Brésil en 1979, à l’âge de 67 ans. Walter Kuschmann, un des chefs de la Gestapo en Pologne, Ante Pavelic, chef du régime oustachi en Croatie ou encore Eduard Roschmann, baptisé le « boucher de Riga », trouvèrent également refuge en Argentine.

En 1990, l’officier SS Josef Franz Schwammberger, accusé d’avoir assassiné cinq mille juifs polonais, fut extradé vers l’Allemagne après avoir vécu plus de vingt ans en Argentine sans être inquiété. En 1995, l’ancien SS Erich Priebke fut extradé vers l’Italie et condamné à la prison à vie pour le massacre des fosses Ardéatines, à Rome, en 1944. Les nazis y fusillèrent sommairement trois cent trente-cinq civils italiens, dont soixante-dix juifs, en représailles à un attentat qui avait fait trente-deux morts. Priebke est mort en prison, en 2013, à l’âge de 100 ans. Il avait été retrouvé en mai 1994 par une chaîne de télévision américaine à Bariloche (1 450 km au sud de Buenos Aires), la grande station touristique de Patagonie, où l’ancien capitaine de la Gestapo coulait une vie tranquille avec sa famille depuis 1946.

En 1998, le fasciste Dinko Sakic, commandant du camp de concentration de Jasenovac, l’« Auschwitz croate », fut extradé en Croatie. Des dizaines de milliers de personnes, dont des Serbes, des juifs, des Tziganes et des Croates hostiles au régime oustachi furent assassinés à Jasenovac.

*Le Monde, 23.06.17

Commenti disattivati.